Mayotte préfère les profs qui fayotent

vendredi 20 janvier 2012
popularité : 5%

Ci dessous un article paru dans LIBERATION du jeudi 19 janvier 2012 qui alerte l’opinion sur des pratiques néocolonialistes dans la fonction publique à Mayotte.

Mayotte préfère les profs qui fayotent

DOM . Jugés trop militants, des fonctionnaires expatriés vont être renvoyés en France par le préfet.
Par REMI CARAYOL
Michel Rhin n’en revient toujours pas. Le 6 décembre, cet enseignant de mathématiques a appris que son séjour à Mayotte prendrait fin à l’issue de cette année scolaire. Deux ans et puis s’en va… La principale de son collège avait pourtant émis un avis favorable à sa demande de renouvellement.
Dans cette île de l’océan Indien devenue le 101e département français l’an dernier, les enseignants sont régis par un décret très particulier ¬« anachronique », selon les syndicats ¬, qui donne au préfet un privilège unique : celui de décider des mutations de la plupart des fonctionnaires, sans motiver ses choix.
Grande gueule. La durée du contrat des enseignants est de deux ans, renouvelable une fois. Dans la plupart des cas, le renouvellement est accordé sans difficultés. Chaque année, seuls quelques profs aux comportements déplacés (alcoolisme…) sont renvoyés dans leur académie d’origine. Mais, comme le note une enseignante qui vit à Mayotte depuis vingt ans, « il faut en faire beaucoup pour ne pas être prolongé ! »
Pour Michel Rhin, bien noté, il n’y a pas de doute : il s’est fait éconduire en raison de ses activités extraprofessionnelles. Depuis son arrivée en août 2010, il est président de l’antenne locale du Réseau Education sans frontières. Une grande gueule qui gêne, dans un territoire connu pour ses dérives à l’encontre des étrangers, et où plus de 26 000 personnes en situation irrégulière (dont 6 000 enfants) ont été reconduites à la frontière en 2010.
Dans un courrier au ministre de l’Education, le député socialiste de Seine¬Saint¬Denis Daniel Goldberg joue les vierges effarouchées : « Je ne peux croire que cette seule fonction ait un lien quelconque avec la décision » de ne pas le prolonger.
La mésaventure de Yann Durozad devrait l’en convaincre. Arrivé à Mayotte en 2010, lui aussi s’est vu refuser le renouvellement de son contrat malgré l’avis favorable de son chef d’établissement. Son cas a provoqué plusieurs manifestations et fait l’objet d’une pétition. Il s’agit, selon les profs, d’une « discrimination syndicale ». Secrétaire général du Snes (Syndicat national des enseignants de second degré, majoritaire), secrétaire départemental adjoint de la FSU (Fédération syndicale unitaire), Durozad est, depuis un an et demi, le syndicaliste le plus remuant du territoire.
« Il a révolutionné le monde syndical dans l’enseignement, dit Rivomalala Rakotondravelo, secrétaire départemental du Snuipp (Syndicat national unitaire des instituteurs et professeurs des écoles, majoritaire dans le premier degré). Avant, premier et second degrés restaient séparés. Les enseignants du premier degré étant majoritairement des Mahorais, et ceux du second des expatriés, nous n’avons pas les mêmes revendications. Longtemps, il y a eu une incompréhension, pour ne pas dire de la condescendance. Avec Yann Durozad, tout a changé. Et ça pose un gros problème à l’administration. » « Je suis victime d’un règlement de comptes, accuse l’enseignant qui, comme Michel Rhin, a saisi le tribunal administratif. C’est tout un système qui permet ça. On ne justifie pas, on ne motive pas, donc si on déplaît, on se fait éjecter. On est dans un système colonial. »
Loi du silence. Rien de nouveau. A Mayotte, les fonctionnaires sont soumis à une loi (tacite) du silence plus contraignante qu’en métropole. « Depuis toujours, quand un fonctionnaire est jugé trop remuant, il dégage, explique un enseignant mahorais. D’habitude, l’administration ne visait que des "petits". Avec Rhin et Durozad, la ficelle est trop grosse. » Surtout que la destination Mayotte peine à séduire les enseignants. A la rentrée 2011, 168 postes n’étaient pas pourvus, dont 18 en histoire—géographie, la matière enseignée par Yann Durozad.
Article publié dans LIBERATION du 19 janvier 2012


Documents joints

PDF - 52.6 ko

Brèves

A l’aise Macron dit des fadaises

samedi 2 février

Hier lors du Grand Débat National avec les maires ultra-marins et pendant plus de 7 heures, le Président de la République a pu étaler en bras de chemise sa haute connaissance des outre-mer.
Pourtant il y a 10 mois celui-ci affirmait sur BFM TV que la Guyane était une île.

Qui fait quoi ?

jeudi 24 janvier

Les EMS ont pour principale mission la "sanctuarisation des établissements scolaires"...
Pourtant à chaque grève nous les comptons en nombre aux accès du Vice-Rectorat, à qui la faute si un problème survient aux alentours d’un établissement ?... :(

Plus de services publics et plus d’État.

samedi 6 octobre 2018

À l’occasion de la visite du Ministre de l’action et des comptes publics, nous rappelons que depuis des années le SNES-FSU Mayotte dénonce la dégradation des services publics et le déficit d’État à Mayotte.
Aujourd’hui des étudiants ne peuvent toujours pas rejoindre leur affectation dans l’enseignement supérieur et des collègues se retrouvent en situation irrégulière.
Ce problème nous interpelle quant à la volonté réelle du gouvernement d’assurer le fonctionnement régulier des institutions. Il est grand temps que l’État se donne à Mayotte les moyens de fournir des services publics dignes d’un département de la République. L’avenir de l’île et de sa population en dépend.

200 000 visiteurs

lundi 3 septembre 2018

C’est le nombre symbolique de visiteurs qu’a franchi hier le site du SNES-Mayotte depuis son ouverture en novembre 2014. Merci à toutes et tous.

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 15 février 2019

Publication

409 Articles
1 Album photo
22 Brèves
Aucun site
13 Auteurs

Visites

55 aujourd’hui
104 hier
219558 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés